Vivre avec son corps…

10447160_10204218182764290_4884632602622296677_nAvec Amelie du blog Ameliesworkshop et sa soeur ❤

Vivre avec son corps…

Et oui, aujourd’hui les filles, je reviens vers vous après une longue, très longue absence.

Pour vous parler de quelque chose qui me tient à cœur. Ça sera un long post, ou un court. Je ne sais pas encore. Cela dépendra.

Je voudrais vous parler de l’acceptation de soi, de son corps, des changements qui peuvent y être liés.

J’ai toujours été d’une nature sportive. J’ai commencé la danse dès que je suis arrivée dans ma ville, en CP-CE1. J’ai toujours été une enfant avec des formes, un peu de ventre, des joues un peu rondes.

Et puis j’ai grandi, mon papy nous a quitté. Pour me consoler, je me suis renfermée et je me suis investie de plus en plus dans le sport. Plus sérieusement, comme une vraie passion. La danse est devenue une partie intégrante de moi.

Les hormones sont arrivées elles aussi. Certaines de mes amies ont pris des fesses, du ventre. D’autres n’ont pas bougé d’un poil. Avec la danse, je suis devenue fine et élancée. Mais je n’étais pas bien dans mon corps. C’était la période du collège. Là où les ados sont le plus méchants, où ils se moquent gratuitement pour rien, pour des bêtises.

Alors je cachais mon corps. Sous des vêtements larges, sous du 38-40. Des vêtements beaucoup trop larges. Et j’ai changé de coupe de cheveux. Court, carré plongeant, très court.. Du crayon sur les yeux. Un peu, beaucoup, pas du tout.

Et le lycée est arrivé. Les moqueries étaient toujours là. Mais j’ai rencontré des copines. Une copine très féminine. Toute mignonne.Et j’ai fini par avoir envie de prendre soin de moi. J’ai coloré mes cheveux. J’ai commencé à me sentir jolie. J’ai allégé le crayon. Mes vêtements sont devenus à ma taille. Enfin, mes jeans tout du moins. D’une taille 38-40, ils se sont transformés en 32-34.Certains diront que j’étais maigre. Moi je dirais juste mince et sportive. J’aimais mes jambes. On pouvait voir les muscles se dessiner quand j’osais mettre des shorts, des jupes… J’ai décidé de laisser mes cheveux pousser. Par contre, les sweats sont restés larges. Ça cachait ma mini poitrine. Et c’est tellement plus confortable !

Puis le bac est arrivé. Une année de terminale riche en danse, beaucoup trop riche. Puis le BTS. Arrêt complet du sport. Manque de temps, problèmes de santé. J’ai commencé à être un peu plus féminine encore. A m’habiller comme une fille. Puis j’ai eu un copain. Et ce qui va de pair avec, la bête noire des hormones aka LA PILULE.

En deux ans de BTS, j’ai vu mon corps changer. Se ramollir. Perdre de la masse musculaire. Prendre un peu de poitrine. Certes. Mais aussi pas mal de kilos. En deux ans, je me suis vue prendre près de 15kg. Certaines personnes me disent que ça me va bien. Que je ne suis plus maigre.

De mon coté, je le vis mal. Certes, j’apprécie d’avoir pris un peu de poitrine, je me sens plus « femme ». Mais je vis très mal les kilos en plus. Le corps mou qui ne supporte presque plus les efforts physiques. Certaines diront que ce n’est pas dramatique. Que je ne suis passée QUE au 34-36. Voire plus au 36. Pour certaines ce n’est pas dramatique. Des vendeuses m’ont déjà « agressée » parce que je leur ai demandé de m’apporter un 36. Parce que pour elles c’est de la frime de demander une petite taille. C’est la taille qui me va. Je n’y peux rien. Mais je ne l’aime pas. Je ne l’assume pas.

Je n’aime pas la peau d’orange qui a pris place sur mes cuisses. Je n’aime pas les fesses qui ont pris du volume. Le bas du ventre qui gonfle. Les articulations douloureuses. Je n’aime pas mon corps. Je suis comme ça.

J’ai perdu mon corps sportif. Le corps mince et élancé que j’avais. Je n’aime pas mon corps.

Paradoxalement, par moment, quand je me regarde dans un miroir, je me trouve jolie. Je me trouve jolie quand j’ai mes cheveux bien coiffés.

Je me trouve jolie quand je suis bien maquillée.

Je me trouve jolie quand je souris.

Je me trouve jolie quand je vois des photos ou je suis heureuse avec les personnes que j’aime.

Alors non, je n’ai pas un corps parfait. Certains diront que je n’ai pas à me plaindre. Moi je ne peux m’empêcher de comparer avec ce que j’ai connu. Avec le corps que j’avais appris à aimer. Je sais que je finirais pas m’habituer à celui la.

J’ai appris à m’aimer. A aimer des parties de moi. Mon nez un peu retroussé. Mes cheveux de bébé qui frisottent.

S’aimer et apprécier son corps est un défi de tous les jours. Je refuse de me priver pour mincir. Je refuse de mettre ma santé en danger en reprenant le sport. Ne vous privez pas. N’écoutez pas ceux qui vous rabaissent. Apprenez à poser un regard neuf sur vous. Ne vous jugez pas. Apprenez à apprécier ne serait ce qu’un détail mais surtout, sentez vous bien dans votre corps.

Alors, oui, même en faisant plus d’1m70, en s’habillant en taille 36, on peut avoir des complexes, on peut se sentir mal dans sa peau, mal vivre certains changements. Mais il faut apprendre à toujours avoir un regard neuf. Se sentir bien. Vos amis sont la pour ça. Trouvez une personne qui vous redonne confiance en vous. N’essayez pas d’être parfaites. Personne ne l’est. Soyez heureuses. Soyez vous mêmes.

Mais surtout, souriez. Vous êtes belles.

 

Publicités